La Culture technique du Banat / Introduction


Cultura tehnica din banat Franceza

Pour le spécialiste, le Banat est une unité régionale, historique, géographique, culturelle, politique, humaine, etc., en fonction de la façon dont il l’a connu, étudié ou en a été intéressé.
Pour moi, le Banat est une entité spirituelle et sentimentale, voire même un état d’esprit, car c’est ici que j’ai vécu la plus grande partie de ma vie, c’est ici que j’ai acquis mes premières connaissances scientifiques puis ai appris, par la suite, tout ce que je connais quant à l’ingénierie, la technique et la technologie, c’est ici que j’ai rassemblé des informations sur le monde et l’univers et que j’ai pu, de cette manière, comprendre dans une certaine mesure le cosmos et ses lois.
Les habitants du Banat appartiennent à une spiritualité spécifique déterminée par l’histoire qu’ils ont créée et vécue, par les facteurs liés à l’environnement auxquels ils ont été soumis, les influences positives et négatives qu’ils ont subies: ils ont par conséquent un certain mode de pensée, une manière de percevoir le monde, ils ont certaines prétentions quant à eux‑mêmes et aux autres, prétentions que, peut‑être, nous ne retrouvons pas chez d’autres.
Ils ne sont pas meilleurs ou plus mauvais, plus intelligents ou bêtes, plus réalistes ou rêveurs que d’autres Roumains; ils sont, tout simplement, du Banat.
Et pourtant, qu’est‑ce qui les rend particuliers?
Je crois que les habitants du Banat sont caractérisés par un pragmatisme remarquable, ils aiment le travail bien fait, ils sont travailleurs, entêtés et orgueilleux.
On dit souvent qu’ils sont moins ouverts à la culture et à l’art (ce par quoi nous entendons la culture générale, celle de type humaniste, et pas la culture, beaucoup plus préoccupante aujourd’hui, de type technico‑scientifique), qu’ils n’ont pas offert au pays des poètes ou des écrivains de la même envergure que dans d’autres régions peuplées par des Roumains, qu’ils ont le goût de l’argent et des biens matériels, que les femmes sont fières de leurs vêtements et costume traditionnels, et vont pourvues de trop de pièces d’or. Cela est, peut‑être, en partie vrai, mais personne ne devrait oublier qu’au‑delà des aspects matériels a existé dans le Banat une certaine culture populaire spécifique, de grands chœurs paysans et de traditions anciennes, des coutumes populaires conservées avec sainteté et marquées par une grande originalité et, à y regarder de près, il n’y a aucun domaine dans lequel ne se soit illustré au moins un habitant du Banat.
Cependant, il est absolument sûr que les habitants du Banat se sont distingués depuis des temps anciens dans le domaine de la technique, que leur nature innovatrice leur ont fait utiliser les plus récentes inventions techniques dès l’apparition de celles‑ci, adaptant de façon créatrice nombre d’entre elles; le Banat, bien que situé quelque part à la périphérie de l’Europe, possède des priorités européennes; Timişoara a été aux côtés de grandes capitales du Vieux Continent dans le domaine des modernisations qu’elle a introduites rapidement; les habitants du Banat ont apporté des contributions majeures pour le développement de l’aviation, de l’énergétique, des voies de communication, de beaucoup de domaines de l’industrie moderne; le territoire du Banat a été soumis depuis des temps anciens aux bonifications foncières de tous genres; l’industrie de la région – à Timişoara, Arad, Reşiţa, Hunedoara et dans beaucoup d’autres centres dont certains ont malheureusement disparu en tant que tels – a des traditions séculaires; l’exploitation minière, de l’or à l’argent, le fer ou le plomb, de l’uranium en passant par le calcaire ou le marbre, a des racines profondément ancrées; la production d’énergie électrique non polluante, les transports en commun, la construction de hauts fourneaux et d’aciéries, l’introduction des trains habituels et électriques sur les difficiles tracés, l’implémentation des premiers trolleybus, tout a été réalisé de façon précoce dans ces mêmes contrées; beaucoup d’autres domaines ont été non seulement acceptés mais également développés immédiatement, ainsi que nous essayerons de le montrer dans ce volume.
Comme argument de spécificité particulière, mais pas le moins important, lié à tout ce qui est pratique, nouveau et moderne, mais aussi pour l’esprit technique des habitants du Banat, il faut mentionner le fait qu’immédiatement après la réalisation de la Grande Roumanie en l’an de grâce 1918, cependant que dans d’autres centres urbains du pays on souhaitait des universités à profil humaniste, de jurisprudence ou de médecine, les habitants ont milité ici avec ardeur pour – et ont obtenu – la création d’une École polytechnique, école considérée par ces derniers comme étant la plus importante pour le développement du Banat et du pays dans son ensemble.
Dans les pages suivantes, nous essayerons d’illustrer cette capacité qu’ont les habitants du Banat à s’intéresser aux aspects techniques, d’ingénierie, scientifiques de la vie de tous les jours, leur plaisir à obtenir le plus possible de leur travail, leur souhait d’être toujours en phase avec tout ce qui est nouveau et moderne dans le monde.
Et ce n’est pas tout!
Le présent livre ne constitue en aucun cas un traité d’histoire ou de géographie, pas plus que de science générale, il s’agit d’un livre destiné au grand public, à l’intellectuel curieux et intéressé de découvrir quelque chose sur nous, sur nos semblables, sur ceux qui peuplent cette belle terre appelée Roumanie. Bien que nous nous soyons formés sur cette terre à partir d’ancêtres communs, nous nous sommes mélangés au cours des millénaires avec toutes sortes de peuples, avons subi des oppressions mais aussi des influences multiples, nous nous sommes adaptés afin de pouvoir survivre, et avons acquis des caractéristiques qui nous définissent en tant que peuple et nous singularisent par rapport aux autres.
Nous parlons une seule langue « maternelle », ce qui nous unit, mais différons entre nous d’un point de vue du tempérament, car nous avons vécu sous diverses autorités ou conditions historiques. Nos souvenirs, transmis de génération en génération, ne sont pas identiques, tandis que notre mental collectif a connu des influences extrêmement variées; c’est peut‑être de là que proviennent les différences entre nous.
Est‑ce bien? Est‑ce mal?
Personnellement je pense que cela est bien, car ainsi nous pouvons apporter comme contribution un riche héritage à la culture mondiale.
Le présent volume essaie de mettre en évidence la contribution du Banat historique au développement de notre culture technique; sans avoir la prétention d’être un ouvrage exhaustif, ni même complet, il s’agit plutôt d’une tentative visant à mettre à la disposition du grand public certaines données méritant d’être portées à l’attention de ceux qui, aimant la culture, souhaitent en savoir le plus possible quant à la contribution des Roumains à la richesse universelle de connaissances.
Je me suis efforcée de consulter une bibliographie la plus ample possible, mais sans aucun doute il reste encore beaucoup à dire sur le sujet; il se pourrait également qu’il y ait des omissions, bien que j’aie essayé de faire preuve de la plus grande rigueur possible. J’accepterai avec satisfaction les remarques de la part de ceux qui me feront l’honneur de lire ce livre.
Bien qu’ayant essayé de m’en abstenir, je ne peux me garder de dire la vérité: « ce livre est un livre d’amour dédié à la terre sur laquelle je suis née, où j’ai vécu et où j’ai été heureuse ».

La Culture technique du Banat , Coleta De Sabata, traducerea în limba franceză de Georgiana Lungu-Badea, Editura Excelsior Art, 2013

 

Anunțuri

Lasă un răspuns / Leave a comment

Completează mai jos detaliile tale sau dă clic pe un icon pentru a te autentifica:

Logo WordPress.com

Comentezi folosind contul tău WordPress.com. Dezautentificare / Schimbă )

Poză Twitter

Comentezi folosind contul tău Twitter. Dezautentificare / Schimbă )

Fotografie Facebook

Comentezi folosind contul tău Facebook. Dezautentificare / Schimbă )

Fotografie Google+

Comentezi folosind contul tău Google+. Dezautentificare / Schimbă )

Conectare la %s